Le cas du parent hospitalisé

Publié le par Madame Hérisson

Le cas du parent hospitalisé

Il y a maintenant tout juste une semaine, M. Hérisson a eu la bonne idée de se casser la cheville. Mercredi soir, la Miss dormait déjà depuis 2 bonnes heures quand M. Hérisson m'a appelé pour venir le chercher. Je n'ai pas cru tout de suite à la gravité de sa blessure mais quand il a insité pour que je laisse la Miss seule à l'appart le temps que je vienne le chercher (il était parti descendre les poubelles : il était donc dans les environs mais pas capable de remonter seul), j'ai compris que ce n'était pas normal.

Après avoir l'aidé à monter à notre appart (je rappelle qu'on habite au 4e étage sans ascenseur)(ahah, c'est là qu'on regrette notre ancien appartement au rez-de-chaussée), on décide de laisser dormir la Miss et on ira à l'hôpital que le lendemain.

Par chance, cet accident est arrivé un jour de semaine donc j'ai pu accompagner la Miss chez la nounou le jeudi et me consacrer entièrement à M. Hérisson pendant cette journée à l'hôpital (entré à 9h, on a su qu'à 15h que son opération aurait lieu le lendemain). Dès que nous avons su que M. Hérisson serait hospitalisé, nous avons demandé au personnel si les bébés pouvaient venir aux heures de visite (de 13h à 20h). Les infirmières des urgences nous ont répondu par la négative ; en traumato, ils étaient plus nuancés. Nous avons tenté le coup parce que si la Miss était interdite de visite, ben, je l'aurais été également puisque personne ne pouvait s'occuper de la Miss en attendant.

Les visites à l'hôpital

M. Hérisson a été hospitalisé 5 jours en tout et la Miss lui a rendu visite 3 fois :

  • le jeudi, jour de son hospitalisation : après la journée chez la nounou, on a filé vers l'hôpital car je devais apporter quelques affaires à M. Hérisson. Nous ne sommes pas restées longtemps car M. Hérisson était un peu vanné de sa 1ère journée (moi aussi)(bonjour, les larmes qui coulent toutes seules) et Miss Hérisson étant en plein âge de découverte et de touche-à-tout et fatigue aidant, ben, elle pleurait/criait dès qu'on lui refusait qu'elle touche aux fils (du coup, elle s'est rapatriée sur la télécommande du lit). Nous n'avons croisé aucun personnel, ou du moins, personne n'a fait de remarque sur notre présence.
  • pas de visite le vendredi, l'opération de M. Hérisson ayant été programmée tard dans l'après-midi
  • le samedi, nous avons fait un tour très-très rapide, en fin d'après-midi, la Miss ayant fait la grève de la sieste ce jour-là, j'ai préféré la garder dans les bras durant notre passage à l'hôpital
  • le dimanche, visite encore, toujours aux mêmes horaires que la veille, très discrète car le patient qui partageait la chambre avec M. Hérisson ronflait dormait profondément.
  • le lundi, on s'est dit que c'était compliqué de faire un aller-retour pour si peu de temps et en plus, j'avais vu M. Hérisson en solo le midi (le matin, j'avais une réunion prévue depuis plusieurs semaines juste à quelques mètres de l'hôpital ^^)

A ce qu'on a compris, certains hôpitaux/services refusent la visite d'enfants de moins de 15 ans. Ici, c'était plutôt toléré mais pas conseillé car les enfants pouvaient choper des virus/maladies/bactéries (rayer la mention inutile). Ici, tout va bien de ce côté-là (enfin, jusqu'à maintenant)(*touche du bois*).

Pour la petite histoire, on a été au même hôpital que celui de mon accouchement/suivi de grossesse pour des raisons pratiques (ben quoi, on connaissait le chemin ?!) et M. Hérisson a été opéré/a séjourné 2 étages au-dessus de ma salle d'accouchement/séjour à la maternité 16 mois plus tôt !

Le cas du parent hospitalisé

Gérer l'absence

Et quand la Miss n'était ni à la crèche, ni à l'hôpital, elle était à la maison, seule avec moi. Pour tout vous dire, cela n'a pas beaucoup perturbé notre rythme car la plupart du temps, c'est moi qui change/habille/donne à manger/joue/couche la Miss mais M. Hérisson est souvent dans les parages, surtout le week-end. Et là, j'ai remarqué dimanche matin que la Miss cherchait son père. Régulièrement après le petit déjeuner, le week-en surtout, M. Hérisson a l'habitude de traîner au lit et la Miss vient le rejoindre en tapant sur le lit. Et là, elle avait beau taper, rien ne bougeait ni aucun bruit. Du coup, elle est vite passer à autre chose et je lui ai expliqué que Papa était à l'hôpital et qu'il revenait bientôt.

Pareil pour le rituel du soir, entre les guilis sur notre lit et le bisous dans son lit, M. Hérisson passe un moment en tête-à-tête avec sa fille pour lui souhaiter une bonne nuit. Là encore, j'ai dû lui expliquer que Papa n'était pas là mais qu'il pensait quand même très fort à nous et qu'il sera là bientôt. Franchement, je ne sais pas si elle comprenait bien le sens de mes paroles mais son sommeil n'a pas été perturbé !

Je pense aussi que l'âge (un bébé de 16 mois qui ne parle pas encore)(ça m'a bien arrangé qu'elle ne sache pas encore dire "Papa" et "il est où Papa ?" à longueur de journée ^^) et la situation (une hospitalisation de seulement quelques jours, pas de branchement autre qu'au pied de M. Hérisson, pas de machine qui fait bip bip...) ont fait que j'ai pu grave gérer :D (dit la fille qui a chouiné pendant 4 jours).

Maintenat qu'il est de retour à la maison, on est bien contente qu'il soit avec nous, je suis juste au taquet pour la Miss ne s'approche pas trop du plâtre ;-) (et je gère grave les râleries d'un M. Hérisson convalescent :D)

PS : à lire le billet de Justine, qui raconte le câlin avec son petit poulet au retour de son hospitalisation <3

Commenter cet article

lacafouine 01/04/2015 13:51

Je découvre ton blog suite à ton commentaire sur un autre blog, je ne sais pas comment tu gères mais pour moi, Monsieur a eu le bras immobilisé depuis décembre, commence tout juste la rééduc et franchement je commence à péter un plomb! Et le bébé ne comprenait pas pourquoi il ne le prenait pas dans les bras. Bon courage donc j'espère que ce sera moins long pour toi!

Madame Hérisson 01/04/2015 14:51

Ça va beaucoup mieux par rapport à la première semaine où M. Hérisson était *légèrement* râleur et la Miss regardait le plâtre avec envie ! Maintenant, même si M. Hérisson se déplace qu'en béquille, il lui donne à manger le matin et l'amuse avec ses béquilles... Mais mon dos commence quelque peu à souffrir !

Justine 20/03/2015 21:29

Merci pour le clin d'oeil ;) C'est vraiment compliqué de leur expliquer quand ils sont petits, pour le coup, je ne pense pas qu'il ait compris et j'espère bien qu'on ne devra pas lui expliquer une autre fois ^^ Ca va mieux la cheville?

Madame Hérisson 23/03/2015 10:13

Oui, j'espère aussi ^^
M. Hérisson se remet doucement, les médocs commencent à faire leur effet !

Hellvis 20/03/2015 09:27

En effet, cet épisode a été drôlement bien géré.
De notre côté, j'ai été hospitalisé en urgences pour une pneumonie, je pensais rester 3h (comme la dernière fois) et finalement j'ai dû rester une semaine c
ar on m'a diagnostiqué un cancer du poumon (qui bouchait la bronche et provoquait les pneumopathies). Pas facile à expliquer à mon fils de 16 mois à l'époque (mais ma grande de 3 ans comprenait et gérait parfaitement). Mon fils est devenu un pot de glue incroyable avec son papa pendant et après l'hospitalisation. Je dois y retourner une semaine pour qu'on retire les tissus abîmés (la moitié du poumon) et j'appréhende à mort non pas pour moi mais pour lui! Il va avoir 21 mois mais il parle très peu, ne fait pas encore de phrases. Il est encore très dépendant.
Bref, un parent hospitalisé, ce n'est jamais une partie de plaisir...

Madame Hérisson 20/03/2015 14:59

Merci pour ton témoignage <3
Non, ce n'est jamais drôle ni pour l'enfant (même si il ne l'exprime pas) ni pour le parent hospitalisé, ni pour le 2e parent... Tout le monde est concerné !
Bon courage pour la suite !