Une mammographie pour #octobrerose

Publié le par Madame Hérisson

D'habitude, pour la campagne d'information sur le cancer du sein qui a lieu chaque octobre, je me mobilise en DIY ou en RT massif. Cette année, je suis allée encore plus loin : j'ai fait une mammographie (ouais, carrément). 

 

Une mammographie pour #octobrerose

Je me souviens

Parce que je me rappelle à quel moment mon père nous a annoncé la maladie de ma mère quand j'avais à peine 10 ans,

parce que je me rappelle de la venue de mes grands-parents pendant l'hospitalisation de ma Maman,

parce que je me rappelle de ma réserve pour expliquer à mes copines pourquoi je ne mangeais plus à la cantine subitement car je préférais manger avec ma mère le midi,

parce que les chouquettes auront toujours le goût du chemin du retour des visites au laboratoire de ma Maman,

parce que je me rappelle de ces rembourrages de soutien-gorge pour faire croire qu'elle avait encore 2 seins,

parce que je me rappelle de ce soir de janvier 2001 où ma mère m'a annoncé le retour du crabe, après presque 10 ans d'absence et j'ai répondu pudiquement : "mais, ça va aller, hein ?", comme un besoin de me rassurer, au lieu de rassurer ma mère...,

parce que je me rappelle de cette opération suivi de séances de chimio, perte de cheveux, essayage de perruques et son lymphome au bras,

parce que je me rappelle le jour où elle a enlevé sa perruque et qu'elle avait ses vrais cheveux, j'avais l'impression que ma mère avait vieilli de 20 ans,

parce que je me rappelle que petit à petit, le cancer s'était généralisé alors que j'étais au chômage prolongé,

parce que je me rappelle que son cas s'est aggravé, qu'elle s'est faite hospitalisée car trop faible et je me faisais violence d'aller la voir à la sortie de mon job-tout-neuf,

parce que je me rappelle qu'en décembre 2005, quand j'ai eu 2 propositions de jobs, elle m'a dit : "je préfère celui qui est à côté, tu seras plus près pour venir me voir",

parce que je me rappelle que fin décembre, mon père m'a répété la phrase de notre médecin de famille : "yen a plus pour longtemps, elle nous quittera avant la fin de la semaine",

parce que je me rappelle de chaque minute de ce 23 décembre 2005,

parce que je me rappelle d'être allée choisir une couleur de cercueil en ce jour de réveillon,

parce que ce Noël 2005 et tous les suivants n'ont plus du tout la même symbolique,

parce qu'à chaque nouveau médecin, nouveau formulaire de santé et à chaque fois la même réponse : "oulala, comme il y a des antécédents, il va falloir vous dépister jeune" (mais c'était à chaque fois le mauvais moment pour le faire, visiblement).

Alors mercredi, lors de mon rendez-vous chez ma nouvelle gynéco (je crois que j'ai trouvé une perle : une prise de rdv rapide, un rdv à l'heure et un médecin bienveillant... Que demander de plus ?)(ah si, qu'elle ne soit pas si proche de la retraite ? :D), je n'y pensais même plus. Et quand elle m'a dit : "je vous prescris une mammographie, c'est le bon moment !", j'ai été rassurée et... complètement flippée ! (Limite, j'étais en train de rédiger mes annonces de décès sur les réseaux sociaux à diffuser par M. Hérisson ^^)

Une mammographie pour #octobrerose

La mammo, la mammo !

J'avais comme souvenirs des témoignages de personnes qui disaient : "oulala, ça fait mal, c'est pas du tout agréable et en plus, pour les pudiques, c'est pas terrible, t'es à moitié à oil-pé" (non, je ne donnerai pas mes sources de ce témoignage :D).

Jeudi matin, je me gare près de ce centre d'analyses médicales pour accompagner la Miss chez la nounou et je me rends compte qu'ils font mammographie : "oh, tiens, et si je prennais rendez-vous, ça doit prendre des semaines de truc là" "bonjour, j'ai de la place pour cet après-midi, mais j'imagine que c'est trop court". Ahah, ça tombe bien, je ne travaille pas cet après-midi. Aussitôt après avoir dit oui, j'ai regretté : je ne serai JAMAIS prête psychologiquement !

Après avoir demandé conseil auprès de mes copinautes (c'est toujours mieux que de tomber sur un forum avec plein d'inconnues, non ?), j'étais plutôt positive à mon arrivée au laboratoire.

Après avoir annoncé ma présence, une jeune femme toute douce m'a accompagné dans la salle d'attente : "laissez vos affaires ici, mettez-vous torse nu et rejoignez-moi dans la salle d'examen". J'étais un peu gênée de venir seins à l'air mais bon, depuis ma grossesse et mon accouchement, j'ai mis ma pudeur de côté !

J'ai répondu à quelques questions de santé (comme "vous avez vos règles ?""vous voulez dire si je les ai tout de suite maintenant ou dans la vie en générale ?" ou encore "vous êtes enceinte""AHAH, NON") et elle m'a expliqué la procédure. Elle était rassurante (comme c'était une première mammographie et en plus, qu'un dépistage, il n'y avait pas lieu de s'inquiéter)(dit-elle après avoir bien flippée !) et m'expliquait le déroulement de l'examen (la position de mon corps dans la machine et le pourquoi du comment de ces positions).

le mammographe numérique

le mammographe numérique

J'étais debout et la machine s'est mise à ma hauteur (c'est beau la technologie, hein ^^). Vu que le sein est compressé entre 2 plaques, effectivement, c'est pas agréable, mais bon, rien d'insurmontable ^^ (remember mon accouchement)(oui, dès qu'on parle douleurs, je me réfère à mon accouchement :p). Hop, 2 clichés de chaque sein et en 5 minutes, c'était plié !

"Asseyez-vous là, un médecin doit passer vous palper, si vous avez froid, prenez un gilet".

MAIS J'AI PAS DE GILET !!!!!!!!! Et le moment le plus flippant arriva : être à l'affût de chaque bruit en espérant qu'un inconnu ne débarque pas dans la salle d'examen : "oups, je me suis trompé de salle !"

10 minutes d'attente plus tard, la jeune fille est revenue : "bon, vos clichés sont bons, mais comme vous êtes jeune et que vous avez les seins denses, le médecin va vous faire une échographie". Ah.

Une mammographie pour #octobrerose

2 minutes plus tard, le médecin est arrivé, tout aussi sympathique et bienveillant et il a procédé à l'échographie de mes seins. J'ai commencé à me faire tout un tas de films car je voyais des trucs forcéments suspects (la dernière fois que j'ai fait une échographie, je reconnaissais facilement une tête et des pieds ^^), et le médecin ne disait rien. Pas de nouvelles, bonnes nouvelles. Et il a parlé quand j'ai commencé à me détendre : "là, c'est normal, c'est un kyste, tout le monde en a, c'est bénin." 3 minutes plus tard, j'étais rassurée, l'examen était parfait.

Et là où j'ai le plus mal, c'est quand je suis retournée à l'accueil et on m'a dit : "ça fera 109 euros !". Gloups.

Une mammographie pour #octobrerose

Bref, j'ai fait une mammographie. Et vous, vous faites quoi pour #octobrerose ?

Commenter cet article

Aurore - Maman Joker 15/10/2015 21:12

L'inconnu fait toujours super peur ! Mais tu as bien fait de t'y rendre. Les antécédents familiaux doivent être prise au sérieux même s'il ne faut pas laisser de côté le reste.. Prendre soin de soit c'est le plus important !
Ton article m'a beaucoup touché en tout cas...
Bisous

Madame Hérisson 21/10/2015 18:14

Merciiiiiiiii <3

Lili 05/10/2015 17:34

♥♥♥♥
Des seins denses ? Étonnante comme remarque ;-)
Je tends l'oreille sur le sujet mais guère plus pour le moment. Dans ma famille, c'est plutôt le cœur le point faible. Tous mes grands-parents sont décédés avec des problèmes cardiaques (des piles, un défibrilateur & Cie), mon père a déjà fait un infarctus... Il est difficile de s'engager en tous points :-/
Bisous ^^ (et bravo pour la mammo)

Madame Hérisson 05/10/2015 17:55

Merciiii <3
Des seins denses, je ne sais toujours pas ce que ça signifie ;-) (et la différence avec des seins pas denses ^^)
Si il n'y a pas d'antécédents familiaux, tu as bien raison de te focaliser sur d'autres maladies qui pourraient te toucher plus personnellement ;-)

Des bizzz